nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Les finales de slopestyle : « C’était vraiment dangereux » - Maxence Parrot

Les finales de slopestyle : « C’était vraiment dangereux » - Maxence Parrot
Photo PC

Maxcence Parrot lors de l'épreuve de slopestyle

Olympisme - Pyeongchang: Maxence ''Bigshot'' Parrot nous parle de sa médaille d'argent en slopestyle

il y a 7 jours

Médaillé d’argent en slopestyle aux Jeux olympiques de Pyeongchang, Maxence Parrot estime que les bourrasques de vent qui balaient les sites de compétition rendent la tâche ardue pour les athlètes. Dangereuse, même.

« En finale, il y avait beaucoup de vent et c’est la raison pour laquelle j’ai chuté deux fois, a dit Parrot, au micro des Amateurs de sports. J’allais vraiment en ligne droite pour le deuxième saut. Je n’aurais pas pu aller plus vite et je ne me suis même pas rendu dans la zone d’atterrissage.

« C’était vraiment dangereux. Pour les filles, le lendemain, il y avait encore plus de vent. On sait que les filles vont un peu moins vite que nous (plus légères), c’est donc encore plus dangereux pour elles. Je trouve ça un peu niaiseux qu’ils (les organisateurs) n’aient pas reporté la compétition. Les filles n’ont pas pu faire leur meilleure descente, en plus de mettre leur vie en danger. Ce sont les Jeux olympiques. Tu veux voir les meilleures performances. »

Mission accomplie

Pour sa part, Parrot est particulièrement fier de son approche lors de la finale masculine de slopestyle.

« Ce n’est pas tant la médaille que de gérer la pression que j’avais lors de ma troisième descente après avoir chuté lors des deux premières. Je n’ai jamais vécu autant de stress que ça avant de faire une descente en snowboard. D’avoir géré ça comme un chef, c’est vraiment de ça que je suis fier. »

Maxence Parrot a quelques jours de congé avant les premiers entraînements et la compétition du big air, l’une des nouvelles épreuves olympiques qui consiste en un saut unique effectué à partir d’un immense tremplin.

« Je me suis évadé du village olympique. Je me suis loué un hôtel, quand même luxueux, avec un spa et un massage. Je me fais masser ici chaque jour. Pour moi, c’est une façon de décompresser un peu avant de revenir dans le village et de passer à l’étape 2, le big air.

« Oui, ma mission est accomplie. J’ai ramené une médaille olympique, mais je ne veux pas m’assoir là-dessus. »

Bonsoir les sportifs

En direct de 20:30 à 00:00

2046
100

Bonsoir les sportifs

avec Ron Fournier

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.